Aller au contenu

Je croyais être heureuse, mais …

je croyais être heureuse mais

 

Pour reprendre certaines paroles d’une chanson très connue …

 

« IL est où le bonheur ? il est où ?

J’ai fait l’amour, j’ai fait la manche

J’attendais d’être heureux

J’ai fait des chansons, j’ai fait des enfants

J’ai fait au mieux,

J’ai fait la gueule, j’ai fait semblant

On fait comme on peut

J’ai fait le con, c’est vrai, j’ai  fait la fête, ouais

Je croyais être heureux, mais … »

 

Je pense que nous avons tous et toutes prononcés ces phrases ou tout du moins, nous les avons pensé …

« Je croyais être heureux, être heureuse, mais … »

Comment finirais-tu cette phrase ?

Par : « Ca ne dure jamais bien longtemps ? »

Ou par : « Ce n’était qu’une illusion ou un mirage ? »

 

Si tu veux bien te prendre au jeu, prends ton carnet et écris cette phrase entièrement, avec la fin.

 

Alors, il est où ce foutu Bonheur ?

Si c’est si simple d’être heureux, pourquoi tout le monde ne l’est pas ?

Peut-être parce que c’est trop simple, justement? ou

c’est trop « banal » d’être heureux ?

 

Nous sommes encore nombreux(ses) à  traduire systématiquement le mot « Bonheur » par acquisition, bien matériel, situation confortable …

Bref,  par quelque chose de concret et de palpable!

D’où notre désillusion !

 

Si le bonheur ne tient qu’à un fil de laine pour obtenir ce sublime pull, si toi ou moi n’avons pas ce pull, nous allons être très déçu(e)s.

Et si nous pouvons l’avoir, nous serons heureux (ses) sur le moment, mais ce sera un sentiment fugace.

De suite, notre mental a envie d’autres  choses, d’un autre pull, d’un bijou pour sublimer ce pull ou d’une écharpe.

Il met la barre plus haute pour définir ton niveau de bonheur.

 

Petit à petit, ton mental t’entraîne à devenir perchiste comme Renaud Lavillenie !

 

Plus tu as et plus tu en veux, c’est ce que j’appelle le concept de : « Monsieur Plus »

Et tu le sais, bien sûr, que la course aux plaisirs, aux possessions, aux conditions de vie XXL n’a jamais rendu une personne heureuse durablement. Que c’est un mythe !

 

En cette période de Noël, regarde les enfants !

 

Ils ne savent plus où donner de la tête, ils ne savent plus où poser leurs yeux !

Ils ne savent pas choisir « Le jouet » qui saura les rendre heureux.

Au pied du sapin, quelles seront leurs réactions après 1 heure (si ce n’est pas moins !)

« Ah j’aurai préféré avoir cet autre jouet »

 

Quel enfant ne sera pas « Mal-heureux » à la fin de cette journée de fête parce que son ou ses jouets n’auront plus d’attraits pour lui ?

Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire de cadeaux, mais peut être, être raisonnable dans la quantité. Enfin, c’est mon ressenti et cela n’engage que moi.

 

Alors, il est ou Ton Bonheur ?

 

S’il n’est pas dans tes biens matériels et dans tout ce qui est « extérieur », il se cache où ?

 

Il est en Toi, en Moi, en Nous notre Bonheur !

 

Je le ressens davantage comme un état d’esprit.

 

En fait, il est autonome : il ne dépend pas d’acquisition matérielle, ou de personnes extérieures pour exister.

Il est dans le Présent, dans les instants de partage.

 

ET, cela ne t’empêchera pas d’avoir de l’argent, la maison de tes rêves ou autre bien.

La seule différence c’est que tu n’auras pas besoin de posséder toutes ces choses pour être heureux.

 

Ton bonheur n’est pas dépendant de ton environnement, mais il est dépendant de … Toi !

 

Je t’en dirai plus la semaine prochaine … comment le trouver et surtout … le garder !

 

Moi, j’ai choisi d’agir !

Vous avez aimé cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter !


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *